fbpx

Bénédicte Kurzen et Sanne De Wilde racontent les mythes nigé­rians de la gémel­li­té

KUBWIS2018003C KUB 1392 031 A
© Bénédicte Kurzen et Sanne De Wilde/​Noor

Land of Ibeji, de Bénédicte Kurzen et Sanne De Wilde/​Noor 

Au Nigeria, cer­tains les adulent, d’autres en ont peur. Les jumeaux peuvent être por­tés aux nues comme incar­na­tions sacrées ou tués parce qu’on les dit démo­niaques. Avec le pro­jet Land of Ibeji, qui a reçu le pre­mier prix du World Press Photo, Bénédicte Kurzen et Sanne De Wilde nous emmènent en Afrique de l’Ouest, dans l’exact épi­centre des plus forts taux de nais­sances de jumeaux au monde, à la ren­contre de ces frères et sœurs qui cris­tal­lisent tant de pas­sions mytho­lo­giques. 
Les deux pho­to­graphes se sont ren­dues à Gwagwalada, dans un orphe­li­nat rural où vivent les enfants res­ca­pés des meurtres tra­di­tion­nels de jumeaux, puis là où sont célé­brées les doubles nais­sances, à Calabar et à Igbo-​Ora, « capi­tale mon­diale des jumeaux ». Une écri­ture mys­tique et éso­té­rique pour don­ner à voir cette hal­lu­ci­nante réa­li­té. 




Cliquez sur les images pour les agran­dir

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés