Bénédicte Kurzen et Sanne De Wilde racontent les mythes nigérians de la gémellité

KUBWIS2018003C KUB 1392 031 A
© Bénédicte Kurzen et Sanne De Wilde/​Noor

Land of Ibeji, de Bénédicte Kurzen et Sanne De Wilde/​Noor 

Au Nigeria, certains les adulent, d’autres en ont peur. Les jumeaux peuvent être portés aux nues comme incarnations sacrées ou tués parce qu’on les dit démoniaques. Avec le projet Land of Ibeji, qui a reçu le premier prix du World Press Photo, Bénédicte Kurzen et Sanne De Wilde nous emmènent en Afrique de l’Ouest, dans l’exact épicentre des plus forts taux de naissances de jumeaux au monde, à la rencontre de ces frères et sœurs qui cristallisent tant de passions mythologiques. 
Les deux photographes se sont rendues à Gwagwalada, dans un orphelinat rural où vivent les enfants rescapés des meurtres traditionnels de jumeaux, puis là où sont célébrées les doubles naissances, à Calabar et à Igbo-​Ora, « capitale mondiale des jumeaux ». Une écriture mystique et ésotérique pour donner à voir cette hallucinante réalité. 




Cliquez sur les images pour les agrandir

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés