Nelson Morales Lusted Men
Photographie exposée au Hasard ludique © Nelson Morales x Lusted men

Expo Lusted men au Hasard ludique : exercez votre œil libidineux

Enfin ! La première exposition du collectif Lusted Men, qui donne à voir des images érotiques d’hommes pour combler leur absence dans nos représentations, se tient du 3 au 4 octobre au Hasard ludique, à Paris.

Qu’est-ce qui excite vos sens quand vous regardez un homme ? Sa peau ? Ses mains ? Son torse ? Son sexe ? Encore difficile, en 2020, de répondre à cette question pour une femme hétéro, tant nous avons plus appris à être contemplées qu’à regarder. C’est ce constat qui a réuni plusieurs photographes et chercheuses franco-​belges au sein du projet artistique Lusted Men, dont l’ambition est de s’interroger sur l’érotisme au masculin et de le montrer.

Lire aussi : Lusted men, un collectif artistique en quête d’images érotiques d’hommes

Rebecca Topakian Lusted Men 1
© Rebecca Topakian

Après avoir passé un an à collecter, via un appel à participation sur Instagram, plusieurs centaines d’images de photographes – femmes et hommes – posant un regard plein de désir sur les corps masculins, Lusted Men expose pour la toute première fois à Paris ce week-​end. Du 3 au 4 octobre, dans le cadre du Marché de l’illustration impertinente au Hasard ludique (club et lieu d’événements porte de Saint-​Ouen), une sélection d’une centaine d’œuvres photographiques, mêlant le travail d’amateur·trices et de professionnel·les. Concernant ces dernier.ières, on se délectera du female gaze de Rebecca Topakian (qui a réalisé une série de portraits intimes de jeunes hommes arméniens, entre virilité obligatoire et fragilité du dévoilement), de Romy Alizée (que l’on connaît d’habitude pour ses mises en scènes érotiques d’elle-même), ou encore de Marie Rouge (la photographe des deux dernières couvertures de Causette !).

Beaucoup de talents, donc, rangés sous des hashtags comme autant de chapitres de l’exposition. Il y a le hashtag #3615, « c’est-à-dire l’idée d’une photographie comme monnaie d’échange, prise la plupart du temps avec son propre téléphone dans le but d’en recevoir de son·sa destinataire ou de l’exciter », détaille Laura Lafon, artiste photographe et collaboratrice de notre magazine. Ou encore le hashtag #AfterLove, regroupant les photos « prises après l’amour, mais aussi, par exemple, après une rupture, lors du dernier moment où l’on se voit »… Et où le désir a du mal à s’éteindre.

LMT Lusted Men 1
© LMT

Le dimanche 4 octobre à 16h, Laura Lafon et Morgane Tocco, anthropologue également membre du collectif Lusted Men, animeront la conférence « Devant-​derrière l’objectif : érotiser les hommes », afin de prolonger la discussion sur l’éclosion d’un érotisme masculin plus seulement dévolu à la sphère homosexuelle – les hommes qui aiment les hommes étant jusque-​là les seuls à oser le montrer en images. Les invité·es sont des artistes photographes : Rebecca Topakian, Ronnie, qui se met en scène dans des clichés autoérotiques, et Laure Gonay et LMT qui ont tous deux pris leur conjoint comme sujet de leurs imageries licencieuses.

Désormais organisées en association, les membres de Lusted Men seront présentes tout au long du week-​end pour vous rencontrer. Nous, on y va !

Exposition Lusted Men au Hasard ludique, à Paris, les 3 et 4 octobre, dans le cadre du Marché de l’image impertinente. Entrée libre.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

Une autre manière de nous soutenir… le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés