fbpx
478 BnF2022cMaison d Izieu
L’histoire d’Ivan Tsarawitch, l’un des trois grands rouleaux pour lanterne magique créés par les enfants d’Izieu en 1943-1944. © Maison d'Izieu

Expo : les des­sins réani­més des enfants juifs abri­tés durant la guerre à Izieu

Entre 1943 et 1944, la Maison d’Izieu, dans l’Ain, sert d’abri à une cen­taine d’enfants juif·ves de toute l’Europe. Dans cette paren­thèse d’insouciance, les petit·es pen­sion­naires bri­colent des his­toires fan­tas­tiques, pro­je­tées par une lan­terne magique. Celles-​ci reprennent vie aujourd’hui grâce à une expo­si­tion où sont pré­sen­tés, pour la pre­mière fois, les des­sins et lettres des petit·es réfugié·es.

Il en impose, Ivan Tsarawitch. C’est un guer­rier des steppes de Crimée, visage acé­ré sous sa toque de cosaque, tunique rouge sang, sabre à la main. On ima­gine l’excitation qui par­cou­rait le public quand, le soir, sa sil­houette sur­gis­sait sur les murs de la Maison d’Izieu (Ain), entre 1943 et 1944. Dans l’assistance, Liliane, Max, Otto, Sarah, Esther, Hans… Des enfants juif·ves, de 4 à 17 ans, qui ont trou­vé refuge au sein de cette bâtisse de pierre blanche. Ivan Tsarawitch, mais aus­si Le Trésor du capi­taine Blood et À la pour­suite du ban­dit : les enfants ont éla­bo­ré trois scé­na­rios, puis des­si­né et colo­rié les scènes sur des rou­leaux de papier de 1,80 mètre de long. À la nuit tom­bée, ils pro­jettent ces des­sins ani­més à[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
Unknown

Les mau­so­lées numé­riques de la Mère Lachaise

Sur le compte Instagram @MereLachaise, la journaliste Camille Paix publie des biographies de femmes enterrées dans le cimetière parisien du Père-Lachaise et oubliées de l’Histoire. Ses dessins redonnent un visage à ces illustres inconnues.