D4S9029
Deux tableaux de Marilyn Minter © MO.CO

Au MO.CO de Montpellier, les sul­fu­reuses Marilyn Minter et Betty Tompkins réunies pour la pre­mière fois

Elles défrayent la chro­nique de l'art contem­po­rain depuis les seven­ties, ont connu la cen­sure et ont per­sis­té à pho­to­gra­phier et peindre le sexe et les corps nus. Les Américaines Marilyn Minter et Betty Tompkins sont expo­sées ensemble pour la pre­mière fois au monde au musée Montpellier Contemporain, et ça dépote.

Elles ont en com­mun les très grands for­mats, la sen­sua­li­té explo­sive et les sou­ve­nirs des ate­liers new-​yorkais où la liber­té s'exerçait à coup de pin­ceaux effron­tés. Les artistes Marilyn Minter et Betty Tompkins, res­pec­ti­ve­ment 73 et 76 ans, se sont connues à Brooklyn dans les années 70, ont frayé avec les mêmes dif­fi­cul­tés pour déjouer la cen­sure et le sexisme du milieu, mais n'avaient jamais encore été expo­sées ensemble. C'est chose faite avec All Wet et Raw Material,deux séries expo­sées l'une à la suite de l'autre à la Panacée, l'un des lieux du MO.CO dans le centre de Montpellier. 

All Wet renou­velle le thème pic­tu­ral récur­rent des bai­gneuses, peintes depuis l'Antiquité jusqu'à Renoir ou Degas dans une sorte d'ingénuité contem­pla­tive, celle de la jeune fille dans la posi­tion vul­né­rable de l'intimité de sa toi­lette, épiée par le regard trou­blé du peintre. Dans les com­po­si­tions hyper­réa­listes de Marilyn Minter, les femmes pho­to­gra­phiées dans leur bain puis méti­cu­leu­se­ment peintes à l'émail sur métal (pour res­ti­tuer la com­plexi­té de la vapeur et de la conden­sa­tion de l'eau, cer­taines œuvres prennent trois ans de réa­li­sa­tion à l'artiste) sont certes lan­gou­reuses mais dégagent force et indé­pen­dance. Tatouées, plan­tu­reuses et toutes en poils pubiens, elles semblent nous dire qu'elles n'ont besoin que d'elles-mêmes dans la volup­té de leurs ablu­tions opa­lines pour atteindre des som­mets de sen­sua­li­té. Initiée en 2016, cette série de bai­gneuses s'inscrit dans une démarche fémi­niste chère à l'artiste, dans le sens où Marilyn Minter a vou­lu faire naître « une réflexion sur l'absence des poils pubiens dans l'histoire de l'art », comme elle l'explique à l'une des cura­trices du MO.CO, Anya Harrison, dans le très bel ouvrage édi­té pour l'occasion par le musée. Il est vrai que, dans les musées, L'Origine du monde de Gustave Courbet fait figure de scan­da­leuse excep­tion. 

Art pro-​IVG

Sommes-​nous, pour autant, devant les nymphes contem­po­raines d'All Wet, face à un exer­cice de female gaze, ce regard fémi­nin qui pro­pose une alter­na­tive à l'hégémonique male gaze qui sexua­lise et nor­ma­lise les repré­sen­ta­tions fémi­nines ? L'artiste elle-​même ne se risque pas à s'inscrire dans ce cou­rant. « Le female gaze, c'est quelque chose qui m'intéresse, dit-​elle à Anya Harrison, mais je ne suis pas en mesure de répondre à la ques­tion de savoir si mon tra­vail entre dans cette caté­go­rie. Je pense que je joue par­fois avec une limite et de temps à autre, il m'arrive de trou­ver qu'une de mes images res­semble trop à de la por­no­gra­phie. » 

Cette luci­di­té est celle d'une artiste dont le pro­pos fémi­niste est plu­tôt à trou­ver dans une série de vidéos mon­trées elles aus­si à la Panacée. MY VOTE (2020), Miley Cyrus x Marilyn Minter for Planned Parenthood (2016) et Unite/​Resist (2017) sont trois for­mats très courts repre­nant le thème des vapeurs d'eau dans les­quelles des mes­sages poli­tiques en faveur de l'avortement et contre Donald Trump sont ins­crits au doigt sur une paroi embuée, dans une explo­sion de cou­leurs. Avec donc, pour l'une de ces vidéos, une guest de poids, la chan­teuse Miley Cyrus, dans un contexte de mobi­li­sa­tion des fémi­nistes amé­ri­caines face aux mul­tiples coups por­tés au droit à l'avortement dans les états amé­ri­cains tenus par les Républicains, eux-​mêmes gal­va­ni­sés par un Trump se décla­rant « pro­fon­dé­ment pro-​vie ». C'est ain­si que l'année der­nière, en 2020, celle qui avait com­men­cé sa car­rière en 1969 en cho­quant pro­fon­dé­ment le public avec une expo­si­tion de pho­to­gra­phies sui­vant sa mère toxi­co­mane a co-​organisé l'expo Abortion is Normal. Parmi les artistes par­ti­ci­pant à cette bana­li­sa­tion de l'IVG, on retrou­vait déjà la com­pagne de route Betty Tompkins, qui a dû se battre, encore plus que Marilyn Minter, pour pou­voir mon­trer ses œuvres.

D4S9037 1
Série Raw Material, de Betty Tompkins © MO.CO
Se moquer du por­no

« J'ai été dis­si­dente par acci­dent », dit Betty Tompkins selon des pro­pos rap­por­tés, là encore, dans un très beau livre édi­té par le MO.CO et accom­pa­gnant la série Raw Material. Lorsque Betty Tompkins débarque sur la scène artis­tique new-​yorkaise en 1969 avec ses Fuck Paintings, toiles monu­men­tales sai­sis­sant, en ultra-​zoomé, des organes géni­taux s'emboitant dans un coït hété­ro­sexuel, elle ne s'imaginait pas être conspuée. Après tout, ces Fuck Paintings ne font-​ils pas que sou­li­gner l'existant dont elle s'inspire, les pho­tos por­nos de maga­zines cana­diens que son mari se pro­cure sous le man­teau dans une Amérique offi­ciel­le­ment puri­taine ? Pourtant, au même moment où Gainsbourg et Birkin chan­taient en France 69, année éro­tique, Betty Tompkins, 24 ans et dument diplô­mée des beaux-​arts de l'Université de Syracuse (Etat de New-​York), se pre­nait un mur de la part des gale­ristes amé­ri­cains : « Nous ne mon­trons pas d'artistes de votre âge. Revenez dans dix ans… En fait, ne reve­nez pas. Nous n'exposons pas les femmes. Nous n'avons pas de mar­ché pour elles » s'entend-elle rétor­quer quand elle vient pré­sen­ter ses œuvres. 

Commence alors pour elle une car­rière artis­tique sac­ca­dée de cen­sures, comme en cette année 1973 où, invi­tée à l'Espace Cardin à Paris pour expo­ser, la jeune femme se voit confis­quer ses œuvres à la douane et attend un an pour les récu­pé­rer. Raw Material rend donc grâce à ce tra­vail deve­nu labeur tant il est com­pli­qué de le don­ner à voir, en mon­trant une série de Fuck Paintings et de Pussy Paintings (ceux-​là célé­brant la diver­si­té des vulves), la plu­part en noir et blanc réa­li­sés ces der­nières années. Une recon­nais­sance pour celle qui, en plus des pudi­bonds, a eu à faire aux mili­tantes fémi­nistes abo­li­tion­nistes, qui l'ont accu­sée de pro­mou­voir la por­no­gra­phie et le tra­vail du sexe. C'était mal com­prendre l'oeuvre de Betty, qui, en ins­cri­vant sa pein­ture à aéro­sol dans le photo-​réalisme avec un focus sur des mor­ceaux de corps sans visage, tend plu­tôt à iro­ni­ser sur l'obsession por­no­gra­phique de la socié­té dans laquelle elle baigne. « Je n'avais abso­lu­ment pas conscience que le mou­ve­ment fémi­niste allait ou pou­vait déci­der de me reje­ter pure­ment et sim­ple­ment, dit à Anya Harrison celle qui qua­li­fie son tra­vail de fémi­niste. En tant qu'artiste, mes idées n'ont jamais été autant en phase avec les évé­ne­ments de la socié­té que depuis #MeToo. »

D4S8994 2
Vénus poly­mathe jouis­sante (2019) d'Elsa Sahal © MO.CO

C'est d'ailleurs l'immense inté­rêt de cette expo­si­tion gra­tuite : la scé­no­gra­phie contient un riche tra­vail, au moyen d'affiches pla­car­dées comme des mani­festes de rue, de mise en pers­pec­tive des œuvres de Marilyn et Betty avec une chro­no­lo­gie de l'histoire tour­men­tée de l'art fémi­niste, mais aus­si les back­lashs de conser­va­tismes poli­tiques sou­hai­tant conte­nir ces érup­tions plas­tiques, lit­té­raires ou ciné­ma­to­gra­phiques. D'ailleurs, le MO.CO a tenu à expo­ser dans son jar­din inté­rieur où il fait bon se res­tau­rer sur de grandes tablées, la fon­taine Vénus poly­mathe jouis­sante (2019) d'Elsa Sahal. L'installation d'une autre œuvre de cette der­nière, sur une place de Nantes, façon pen­dant fémi­nin du Manneken-​Pis bruxel­lois, avait déchaî­né les pas­sions. Preuve en est que l'expression artis­tique des femmes dans le champ des repré­sen­ta­tions sexuées et sexuelles n'a pas fini de déran­ger.

Lire aus­si l A Nantes, un Manneken-​Pis fémi­nin sor­ti des eaux

All Wet, de Marilyn Winter et Raw Material, de Betty Tompkins, du 26 juin au 5 sep­tembre à la Panacée du MO.CO, entrée libre.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés