Advertisement
aline
© Jean Marie Leroy

Valérie Lemercier : « Comme Céline, j’aime le grand spectacle »

Mise à jour le 3 juin 2021 /​/​/​ Victime de la fermeture des cinémas fin octobre, Aline sortira finalement le 10 novembre 2021… Et sera visible par quelques heureux·euses en avant première au festival de Cannes (6 – 17 juillet), hors compétition.

Que celles qui réclament à cor et à cri un bon vieux Céline Dion dans les soirées lèvent le bras. Allez, ne faites pas semblant. Même si c’est au second degré. Valérie Lemercier, elle, s’est prise de passion pour cette star immensément populaire. Connaissant l’actrice, on s’attendait à une caricature. Au contraire, son Aline est un biopic empathique et émouvant sur une femme ordinaire au parcours extraordinaire.

Causette : Cela fait longtemps que vous vous intéressez à Céline Dion ? 
Valérie Lemercier : J’ai commencé à l’écouter avec ­l’album D’eux, écrit par Goldman, dont on ne se lasse pas. Je l’écoute encore beaucoup. Mais disons que mon empathie pour elle est née le jour où, comme beaucoup de gens, j’ai regardé les obsèques de René à la télé. Ses premiers pas sans lui, j’ai trouvé ça abyssal. J’ai vu une solitude qui m’a touchée. Je me suis identifiée.

Vous avez une tendance à la fascination ou c’est juste parce que c’est elle ? 
V. L. : Non. C’est parce que c’est elle ! Je suis très différente et, pourtant, il y a plein de choses que je comprends de cette vie. À mon tout petit niveau, j’ai quand même passé trente ans sur scène. Je connais l’obligation d’être en forme tous les soirs, de remplir les salles, de ne pas rater une représentation, de ne pas décevoir, de prendre ses repas tous les jours seule devant un miroir, de consacrer sa vie à son travail, aussi. Même si moi, mon maximum c’est les Zénith. On est bien loin du compte ! 

Mais pourquoi elle ? 
V. L. : D’abord, je la trouve abordable. Elle dit qu’on lit en elle comme dans un livre ouvert et c’est vrai ! Contrairement à moi, elle se dévoile énormément et ça me plaît. On a envie d’être son amie ! Je ne sais pas si elle en a d’ailleurs… Enfin si, aujourd’hui, elle en a. Mais enfant, ses seuls amis c’était ses frères et ses sœurs. Faut dire que quand on est quatorze enfants… Et puis elle est très drôle. C’est un clown. Dans la vie, peut-​être plus que moi d’ailleurs. 

Comment avez-​vous travaillé pour documenter le film ? 
V. L. : J’ai tout lu et tout regardé. Des jours et des nuits entières. Je ne me lasse pas de découvrir des choses sur cette famille. Là où j’ai le plus appris, c’est dans les bios écrites par Georges-​Hébert Germain. Il en a fait une sur Céline, une sur René et une sur Thérèse, la mère de Céline. C’est une femme[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés