Chichinette tounge light
Chichinette, espionne et résistante française juive © Urban films

Trois docus de petites his­toires dans la grande pour vos soi­rées de couvre-​feu

La sul­fu­reuse actrice et scien­ti­fique Hedy Lamarr, l’intrépide espionne et résis­tante juive Chichinette et le téné­breux journaliste-​mercenaire Christian Wurtenberg. Nous avons sélec­tion­né pour vous trois docu­men­taires sur des per­son­nages qui ont en com­mun une témé­ri­té à vous prendre aux tripes, à voir sur la pla­te­forme VOD Urban Boutiq. Il s’agit du site d’Urban Distribution International, un dis­tri­bu­teur spé­cia­li­sé dans les films d’art et d’essai inter­na­tio­naux, fai­sant la part belle aux docu­men­taires indés. De quoi rompre l’ennui de ces longues soi­rées de couvre-​feu, pour chan­ger de Netflix !

« Hedy Lamarr, from Extase to Wifi », gla­mour et science dure

03 Hedy Algiers Robert Coburn 1938 1
© Robert Coburn

« Qui était Hedy Lamarr ? » La ques­tion est posée dès le début du docu­men­taire, par Mel Brooks, comé­dien et réa­li­sa­teur qui a du mal à y répondre, alors même qu’il a tour­né de nom­breuses fois avec elle. Car der­rière sa beau­té légen­daire, Hedy Lamarr cachait des apti­tudes scien­ti­fiques de génie. Blanche-​Neige, Catwoman… c’est cette actrice, sym­bole de l’absolu fémi­nin de l’époque, qui don­ne­ra son visage aux traits de ces héroïnes ani­mées.

Révélée par Extase et sa scène scan­da­leuse – pour 1933 – d'orgasme sur grand écran, elle ne se défe­ra jamais plus de l’image de sex sym­bol sul­fu­reux qui col­le­ra désor­mais à sa peau. Glamour, pro­vo­cante, sublime mais aus­si inven­trice en tout genre, et cela reste un secret – au même titre que sa judéi­té dans le contexte très anti­sé­mite des États-​Unis de l’époque. 

Une héroïne sous-​estimée, selon une employée de Google qui raconte à la réa­li­sa­trice du docu­men­taire, Alexandra Dean, que les recherches d’Hedy Lamarr, accom­plies dans l’ombre, ont per­mis d’aboutir à des hautes tech­no­lo­gies, telles le Bluetooth, le Wifi, ou encore l’ingénierie mili­taire. Peu de gens ont conscience que der­rière leurs smart­phones et leur connec­ti­vi­té se cachent les recherches inten­sives de cette star d’Hollywood, qui ont mar­qué le début des trans­mis­sions par saut de fré­quence. 

Née Hedwig Kiesler à Vienne en 1914, Hedy Lamarr res­te­ra très atta­chée à ses racines jusqu’à sa mort, tout en vivant aux États-​Unis une grande par­tie de sa vie, pour se rap­pro­cher de ses ambi­tions d’actrice. Son fils, qui témoigne tout le long du docu­men­taire, dit de sa mère, inti­me­ment autri­chienne, qu’elle était très dévouée à sa nou­velle patrie, notam­ment pen­dant la guerre, quoi qu’il en coûte pour sa car­rière. « Elle était recon­nais­sante vis-​à-​vis de l’Amérique. L’inverse l’était moins. Mais sur­tout, elle était pro­fon­dé­ment anti­na­zie. » 

Hedy Lamarr était très atta­chée à son appa­rence phy­sique et elle uti­li­sait sa beau­té pour brouiller les pistes et inven­ter « tran­quille­ment dans son gre­nier ». Elle com­men­ce­ra la chi­rur­gie esthé­tique vers 40 ans, non sans tom­ber dans la dérive, mais elle se mon­tre­ra très avant-​gardiste, y com­pris dans ce domaine : elle sug­gère aux plas­ti­ciens qui l’opèrent de nou­velles tech­niques, expé­ri­men­tées sur elle, et qui font encore leurs preuves aujourd’hui. 

Hedy Lamarr vou­lait mar­quer son temps, et elle le fit de mul­tiples manières. Ce n’est que dans les années 1990 que l’on com­men­ça à soup­çon­ner la pro­fu­sion de ses inven­tions. Son des­tin semé d’embûches et d’excès contri­bue au mythe d’une femme aux vies paral­lèles, jusque-​là inéga­lé. À tra­vers des inter­views d’Hedy, dans sa langue natale autant que dans sa langue adop­tive, et les mots de ses proches, ce docu­men­taire réha­bi­lite une face tron­quée de cette admi­rable exis­tence. M.-E. B.

Bande-​annonce :

Hedy Lamarr : from Extase to Wifi, d'Alexandra Dean, 2017, 1h28. 3,90 euros la loca­tion et 7,90 euros l’achat.

« Chichinette : ma vie d’espionne », l’incroyable vie de Marthe Hoffnung Cohn, espionne juive en Allemagne nazie 

Nom de code : « Chichinette, la petite casse-​pieds ». Marthe Hoffnung Cohn, 100 ans, n’a pas seule­ment vécu la Seconde Guerre mon­diale. Elle y a aus­si joué un rôle déter­mi­nant. En 1945, à quelques mois de la capi­tu­la­tion alle­mande, la jeune infir­mière juive par­vient en effet à ber­ner les nazis en infil­trant l’Allemagne pour four­nir de pré­cieux ren­sei­gne­ments aux troupes alliées. Le docu­men­taire alle­mand Chichinnette : ma vie d’espionne, réa­li­sé par Nicola Hens et sor­ti en 2019, raconte le des­tin hors du com­mun de cette femme intré­pide, deve­nue agente secrète presque par acci­dent. 

Les pre­miers faits de résis­tance de Marthe, jeune étu­diante infir­mière née à Metz en 1920, remontent en 1942 lorsqu’elle orga­nise l’évasion de toute sa famille juive vers la zone libre en fai­sant fabri­quer des faux papiers. Mais c’est véri­ta­ble­ment à la mort de son fian­cé résis­tant, fusillé en octobre 1943, qu’elle désire rejoindre l’Armée des ombres. Un sou­hait qui lui sera cepen­dant refu­sé en rai­son de sa « frêle cor­pu­lence ». 

Une décep­tion qui n’enraye pas pour autant l’action patrio­tique de Marthe Hoffnung. On lui refuse la Résistance, elle s’engage en tant qu’infirmière dans l’armée fran­çaise à la libé­ra­tion de Paris, en août 1944. Découvrant que la Messine parle cou­ram­ment l’allemand – et ce en rai­son de l’annexion alle­mande de la Lorraine de 1871 à 1919 –, son supé­rieur, le colo­nel Fabien, lui pro­pose d’infiltrer le ter­ri­toire nazi en tant qu’infirmière alle­mande dans la ville de Fribourg. Marthe Hoffnung devient, pour un temps, Fräulein Ulrich. 

Soixante-​quinze ans après ses débuts d’espionne, Chichinnette, déco­rée à de mul­tiples reprises pour ses actes de bra­voure, par­tage, à 100 ans, le récit de son his­toire. Des pal­miers de Los Angeles où elle vit désor­mais avec son mari, à Londres, en pas­sant par Paris, Metz et Fribourg, l’ancienne espionne par­court inlas­sa­ble­ment le monde, « comme une rock star », pour trans­mettre ses mémoires aux jeunes géné­ra­tions. Avec comme ultime mes­sage : « Soyez enga­gés et n’acceptez aucun ordre que votre conscience ne peut approu­ver. » Un docu­men­taire sen­si­ble­ment puis­sant, comme un devoir de mémoire néces­saire, à la mesure de cette grande dame. A. T.

Bande-​annonce :

Chichinette : ma vie d’espionne, de Nicola Hens, 2019, 1h26.  DVD en pré­com­mande pour 18 euros.

« Chris the Swiss », ou la fas­ci­na­tion fatale pour la guerre

chris the swiss
© Urban films

Comment com­prendre le feu mor­bide qui habi­ta Christian Wurtemberg, jour­na­liste suisse de 27 ans, par­ti se frot­ter de trop près à la guerre de Yougoslavie ? Comment accep­ter, quand on est sa cou­sine, qu’il fut tué dans de mys­té­rieuses cir­cons­tances alors qu’il avait tro­qué son Nagra pour une arme à la solde d’une milice étran­gère d’extrême droite se bat­tant aux côtés des Croates ? 

Anja Kofmel avait 10 ans lorsque, en jan­vier 1992, ses parents lui annoncent la mort de cet aven­tu­reux cou­sin, par­ti dans les Balkans en tant que cor­res­pon­dant de guerre pour la radio suisse 24. Devenue des­si­na­trice à l’âge adulte, elle choi­sit, au début des années 2010, de par­tir sur les traces de Chris, dont la mort la hante depuis plus de vingt ans. Le résul­tat, Chris the Swiss, est un sai­sis­sant docu­men­taire sor­ti en 2018 qui mêle inter­views de la famille, images d’archives, mise en scène de la réa­li­sa­trice ren­con­trant celles et ceux que Chris a croi­sés sur sa route you­go­slave et des­sins d’animation venant recons­ti­tuer le pas­sé. En noir et blanc, les images d’Anja alternent entre repré­sen­ta­tion crue de la guerre et évo­ca­tions sombres et mena­çantes de ses cau­che­mars d’enfant.

On découvre un Chris peut-​être « salaud », selon le terme de son frère, assu­ré­ment en quête d’adrénaline et de confron­ta­tion avec le pire d’un conflit armé qui fit 140 000 morts. Anja Kofmel laisse des portes ouvertes : lorsque Chris devient mer­ce­naire, le fait-​il par convic­tion, par envie de faire cou­ler le sang, ou était-​ce une immer­sion jour­na­lis­tique en vue de l’écriture d’un livre ? Chacun·e se fera sa propre opi­nion. L’intérêt de ce poi­gnant docu­men­taire est d’éclairer, avec ce cas par­ti­cu­lier, la régu­lière appé­tence de jeunes Occidentaux·ales vivant dans des pays en paix pour des conflits qui ne les concernent pas. Il y en eut de nom­breux en Yougoslavie dans les années 1990 comme il y en eut, plus récem­ment et au moment même où Anja Kofmel réa­li­sait Chris the Swiss, par­tis à la guerre en Syrie. A. C.

Bande-​annonce :

Chris the Swiss, d’Anja Kofmel, 2018, 1h29. 3,70 euros la loca­tion et 7,90 l’achat.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés