fbpx
cascadeuse A
© Camille Besse

Sarah Belala : « Les rôles fémi­nins ont évo­lué et nos cas­cades avec »

Sarah Belala, 32 ans, est cas­ca­deuse. Entre grosses bas­tons, chutes et torches humaines, elle met son corps au ser­vice des équipes de tour­nage pour pro­té­ger les actrices.

« Un cas­ca­deur, c’est un atout com­plet pour un film. Sur un tour­nage, je ne suis pas là pour réa­li­ser des mou­ve­ments que l’actrice ne sau­rait pas faire. Je ne vois pas les choses comme ça. J’imagine plus notre rela­tion comme de la com­plé­men­ta­ri­té. Mon objec­tif, c’est de mettre la comé­dienne en valeur et de la pro­té­ger. Parce que, si elle se blesse, c’est un pro­jet entier qui est mis à l’arrêt. 

Petite, quand on m’interrogeait sur mes dési­rs d’avenir, je répon­dais : « Je veux faire comme dans les films ! » J’apprenais déjà le kung-​fu, une de mes pas­sions, et les scènes de com­bat me fai­saient rêver. Dans ma dixième année, ma grande sœur m’a ins­crite à un stage de décou­verte de cas­cades. J’ai eu le coup de foudre : être dans l’action, pré­cise, rigou­reuse… Tout ce que j’aimais. 

Douze ans[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés