Rencontre avec Florence Fauquet, lau­réate du Mobile Film fes­ti­val

A l’occasion du Mobile Film Festival, por­té cette année par le thème de l’émancipation des femmes, la comé­dienne et désor­mais réa­li­sa­trice Florence Fauquet, a rem­por­té le prix Coup de cœur du jury, pour son court-​métrage Free the nipples. Causette a ren­con­tré la jeune cinéaste de 29 ans.

Lire aus­si : Le Mobile Film Festival célèbre cette année l’émancipation des femmes

img 20201207 wa0007
Florence Fauquet © Mobile Film Festival

Causette : Le Mobile Film Festival impose une consigne : Un mobile, une minute, un film. De ces contraintes, laquelle a été la plus dif­fi­cile pour vous ?
Florence Fauquet : Avant tout, la dif­fi­cul­té a été de choi­sir une idée car j’en avais plein ! Mais il en fal­lait une qui puisse aller avec ce for­mat. C’est un concept ! il faut une chute bien construite, et rendre le pro­pos lisible, acces­sible à tous alors qu’on a le temps de… pas grand-​chose (rires). Je sou­mets tou­jours mes pro­jets à des pro­fes­sion­nels, mais aus­si des gens de mon entou­rage, pour avoir un regard neuf, neutre. C’est essen­tiel pour s’adresser à tous !

Comment avez-​vous décou­vert le Mobile film fes­ti­val ?
F.F :
J’ai par­ti­ci­pé à l’édition de l’année der­nière, sur la thé­ma­tique du dérè­gle­ment cli­ma­tique, en tant que comé­dienne pour le[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
113 cinema madre le pacte

En salles : « Madre », noir­ceur lumi­neuse

Il est des films brillants et puis il est des films comètes. Madre appar­tient à la deuxième caté­go­rie. Tels ces corps célestes, impré­vi­sibles et ful­gu­rants, il est à la fois consti­tué d’un noyau sombre et d’un halo éblouis­sant.  Jugez...