fbpx
ps1magalibragard A 1
Laetitia Dosch et Serguei Polunin.

Laetitia Dosch : « Annie Ernaux est une super direc­trice d’actrice à sa façon »

En adap­tant libre­ment Passion simple, court récit impé­tueux signé Annie Ernaux,
la cinéaste Danielle Arbid offre un pre­mier rôle pas­sion­nant d’ambivalence
à Laetitia Dosch. Rencontre avec une actrice solaire, libre, sans filtre… 

Causette : Étiez-​vous fami­lière de l’œuvre d’Annie Ernaux avant d’accepter de jouer le rôle prin­ci­pal du film de Danielle Arbid ? 
Laetitia Doch : Oui, je connais­sais bien son uni­vers. Deux de ses livres m’avaient frap­pée en par­ti­cu­lier. Mémoire de fille, qui raconte la perte de sa vir­gi­ni­té. J’avais trou­vé cela très cou­ra­geux. Et puis La Femme gelée, qui revient sur sa vie de femme mariée. Quant à Passion[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
113 cinema madre le pacte

En salles : « Madre », noir­ceur lumi­neuse

Il est des films brillants et puis il est des films comètes. Madre appar­tient à la deuxième caté­go­rie. Tels ces corps célestes, impré­vi­sibles et ful­gu­rants, il est à la fois consti­tué d’un noyau sombre et d’un halo éblouis­sant.  Jugez...