LITIGANTE 1
Une mère incroyable © Ad Vitam

La sélection de février 2020

Une mère incroyable, de Franco Lolli

Surtout, ne vous fiez pas au titre français ! Une mère incroyable est, certes, un portrait de femme mais, ici, nulle sublimation attendrie de la maternité ni volonté de dresser un parcours exemplaire. Au contraire : le deuxième long-​métrage de Franco Lolli, jeune cinéaste franco–colombien, chronique un moment critique dans la vie de son héroïne, Silvia, maman célibataire et avocate à Bogota. Jouant d’emblée la carte d’une intimité complexe.
De fait, Silvia doit affronter – dans le même temps – la charge mentale que connaît toute mère/​femme active (son fils préado commence, en outre, à l’interroger sur son père), le cancer de sa propre mère (tyrannique et qui refuse de se soigner) et des accusations dans un scandale de corruption (son chef au bureau des travaux publics de la ville l’ayant passablement manipulée). Un quotidien très chahuté, on le voit, d’autant que la brune quadra trouve le moyen de tomber amoureuse… Pas de surcharge lacrymale pour autant. Une mère incroyable n’est décidément pas un mélo et c’est tant mieux ! 
Fluide et doux globalement, quoique brutal par à‑coups (quelques engueulades mémorables à la clé), le cinéma de Franco Lolli préfère infiltrer une veine naturaliste. Il peut faire penser, parfois, à celui de Maurice Pialat (Sylvie Pialat, sa veuve, est d’ailleurs coproductrice du film). Au plus près de la vie, bien que moins écorché. Comme son illustre prédécesseur, en tout cas, Franco Lolli donne à voir une grande actrice débutante dans le rôle principal. En avocate justiciable, Carolina Sanin est ainsi d’une justesse… incroyable.

Une mère incroyable, de Franco Lolli. Sortie le 19 février. 

Adam, de Maryam Touzani

Sobre et touchant. Pourtant, Adam, premier film de Maryam Touzani, opte pour une forme casse-​gueule, celle d’un huis clos féminin dans la médina de Casablanca. Mais l’audace est payante : cette intimité éclaire justement la relation sensible qui se noue entre la sévère Abla, une veuve qui élève seule sa fillette, et la vibrante Samia, à la rue parce que enceinte et célibataire (avoir un enfant hors mariage est illégal au Maroc). Méfiance, pudeur, solidarité : Maryam[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
photo hd 06 A

La sélection de janvier 2020

« Nina Wu », « Selfie », « La Vérité », « Swallow », « La Llorona », « Scandale » ou encore « Les Filles du docteur March ».

asmahane wikimedia

Asmahan, diva indomptée

Cette princesse druze à la voix d’or a lutté contre le pouvoir des hommes pour vivre sa féminité et son art. De la Syrie à l’Égypte, elle a chanté l’amour au cinéma et fricoté avec les services secrets britanniques, avant de disparaître...