fbpx
114 jonathan cothen guillaume belveze
© Guillaume Belveze

Jonathan Cohen nous raconte sa grossesse

En cette ren­trée, attendez-​vous à voir Jonathan Cohen par­tout. Et notam­ment dans un film ovni sur la paren­ta­li­té : Énorme, de Sophie Letourneur. L’occasion de par­ler gros­sesse, accou­che­ment et filia­tion avec l’acteur deve­nu, depuis, père d’une petite fille.

On ne pré­sente plus Jonathan Cohen, l’homme le plus mar­rant de France, dont le génie comique s’est plei­ne­ment révé­lé avec l’arrivée de la mini­sé­rie Serge le mytho, sur Canal+ à par­tir de 2016. Depuis, la car­rière de Jonathan Cohen, jusqu’ici abon­né aux seconds voire aux troi­sièmes rôles, n’en finit plus d’exploser. Il était à l’affiche du car­ton de l’été Tout sim­ple­ment noir et de Terrible jungle. En cette ren­trée, il revient sur Netflix pour une sai­son 2 de Family Business, et réa­lise une paro­die, très atten­due, des télé­réa­li­tés type Bachelor, pour Canal+, avec un cas­ting hal­lu­ci­nant (Florence Foresti, Adèle Exarchopoulos, Vincent Dedienne, Leïla Bekhti, etc.). Ça pro­met… Mais sur­tout, il est au ciné­ma dans un film aus­si bar­ré qu’intéressant, aus­si drôle que lou­foque, à mi-​chemin entre la comé­die bur­lesque et le film fan­tas­tique et qui inverse tous les sté­réo­types sur le genre, la gros­sesse et la mater­ni­té. Ce film c’est Énorme, et il est réa­li­sé par la non moins éton­nante Sophie Letourneur, dont la fil­mo­gra­phie (La Vie au ranch, Les Coquillettes, Gaby Baby Doll) ne cesse de sur­prendre. Aux côtés de Marina Foïs, Jonathan Cohen effec­tue une per­for­mance ­d’acteur hilarante. 

L’histoire ? Elle est une pia­niste renom­mée qui passe sa vie en tour­née. Il est son mari, son assis­tant per­son­nel, celui qui agit dans l’ombre, entiè­re­ment dédié à la car­rière de sa femme. Rien d’autre ne compte que son bien-​être et son épa­nouis­se­ment à elle. Mais un jour, le voi­là pris d’un sou­dain désir d’enfant. Un non-​sujet pour elle. Il décide donc de… lui faire un enfant dans le dos. Et surin­ves­tit tota­le­ment la gros­sesse jusqu’au délire. Le film bas­cule alors dans le fan­tas­tique. Un ovni fil­mique qui nous a per­mis de dis­cu­ter paren­ta­li­té avec Jonathan Cohen deve­nu, depuis, père d’une petite fille. 

Causette : Quand vous avez lu le scé­na­rio lunaire de Sophie Letourneur, que s’est-il pas­sé dans votre tête ? 
Jonathan Cohen : J’avais ado­ré Les Coquillettes et La Vie au ranch. Mine de rien, je suis assez ciné­phile ! L’idée d’être dans un de ses films m’éclatait. Ce per­son­nage me fait rire. Il ment, il est en situa­tion de fai­blesse tout le temps. Il est tou­jours inté­res­sant de jouer des gens prêts à faire des choses folles pour arri­ver à leur but. Tout ça est assez bur­lesque au final. 

Comment était ce tour­nage ? 
J. C. : Hyper par­ti­cu­lier, vous ne pou­vez pas ima­gi­ner ! Déjà, on était sept, acteurs inclus. Normalement un tour­nage, c’est cin­quante per­sonnes ! Y avait pas un jour qui se res­sem­blait. Il devait durer un mois, il en a duré trois ! Y a des scènes folles. Moi, j’ai quand même tour­né avec un vrai cha­man, quoi ! Qui a fait ses études de cha­man à Mâcon. [Rires] Et qui m’a fait un vrai truc de cha­ma­nisme en live ! Avec les pierres, le[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
a3f6290 336 raw 143rdd image presse 04 rvb a

La sélec­tion ciné de la semaine

143 rue du Désert, de Hassen Ferhani, Douce France, de Geoffrey Couanon et Médecin de nuit d'Elie Wajeman. 143 rue du Désert, la reine des sables Elle est de ces femmes qui inti­mident, réjouissent et enchantent tout à la fois. Malika n’est...