114 jonathan cothen guillaume belveze
© Guillaume Belveze

Jonathan Cohen nous raconte sa gros­sesse

En cette ren­trée, attendez-​vous à voir Jonathan Cohen par­tout. Et notam­ment dans un film ovni sur la paren­ta­li­té : Énorme, de Sophie Letourneur. L’occasion de par­ler gros­sesse, accou­che­ment et filia­tion avec l’acteur deve­nu, depuis, père d’une petite fille.

On ne pré­sente plus Jonathan Cohen, l’homme le plus mar­rant de France, dont le génie comique s’est plei­ne­ment révé­lé avec l’arrivée de la mini­sé­rie Serge le mytho, sur Canal+ à par­tir de 2016. Depuis, la car­rière de Jonathan Cohen, jusqu’ici abon­né aux seconds voire aux troi­sièmes rôles, n’en finit plus d’exploser. Il était à l’affiche du car­ton de l’été Tout sim­ple­ment noir et de Terrible jungle. En cette ren­trée, il revient sur Netflix pour une sai­son 2 de Family Business, et réa­lise une paro­die, très atten­due, des télé­réa­li­tés type Bachelor, pour Canal+, avec un cas­ting hal­lu­ci­nant (Florence Foresti, Adèle Exarchopoulos, Vincent Dedienne, Leïla Bekhti, etc.). Ça pro­met… Mais sur­tout, il est au ciné­ma dans un film aus­si bar­ré qu’intéressant, aus­si drôle que lou­foque, à mi-​chemin entre la comé­die bur­lesque et le film fan­tas­tique et qui inverse tous les sté­réo­types sur le genre, la gros­sesse et la mater­ni­té. Ce film c’est Énorme, et il est réa­li­sé par la non moins éton­nante Sophie Letourneur, dont la fil­mo­gra­phie (La Vie au ranch, Les Coquillettes, Gaby Baby Doll) ne cesse de sur­prendre. Aux côtés de Marina Foïs, Jonathan Cohen effec­tue une per­for­mance ­d’acteur hila­rante. 

L’histoire ? Elle est une pia­niste renom­mée qui passe sa vie en tour­née. Il est son mari, son assis­tant per­son­nel, celui qui agit dans l’ombre, entiè­re­ment dédié à la car­rière de sa femme. Rien d’autre ne compte que son bien-​être et son épa­nouis­se­ment à elle. Mais un jour, le voi­là pris d’un sou­dain désir d’enfant. Un non-​sujet pour elle. Il décide donc de… lui faire un enfant dans le dos. Et surin­ves­tit tota­le­ment la gros­sesse jusqu’au délire. Le film bas­cule alors dans le fan­tas­tique. Un ovni fil­mique qui nous a per­mis de dis­cu­ter paren­ta­li­té avec Jonathan Cohen deve­nu, depuis, père d’une petite fille. 

Causette : Quand vous avez lu le scé­na­rio lunaire de Sophie Letourneur, que s’est-il pas­sé dans votre tête ? 
Jonathan Cohen : J’avais ado­ré Les Coquillettes et La Vie au ranch. Mine de rien, je suis assez ciné­phile ! L’idée d’être dans un de ses films m’éclatait. Ce per­son­nage me fait rire. Il ment, il est en situa­tion de fai­blesse tout le temps. Il est tou­jours inté­res­sant de jouer des gens prêts à faire des choses folles pour arri­ver à leur but. Tout ça est assez bur­lesque au final. 

Comment était ce tour­nage ? 
J. C. : Hyper par­ti­cu­lier, vous ne pou­vez pas ima­gi­ner ! Déjà, on était sept, acteurs inclus. Normalement un tour­nage, c’est cin­quante per­sonnes ! Y avait pas un jour qui se res­sem­blait. Il devait durer un mois, il en a duré trois ! Y a des scènes folles. Moi, j’ai quand même tour­né avec un vrai cha­man, quoi ! Qui a fait ses études de cha­man à Mâcon. [Rires] Et qui m’a fait un vrai truc de cha­ma­nisme en live ! Avec les pierres, le[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés