fbpx

“Je pour­rais mon­ter sur les bar­ri­cades pour défendre chaque film” Sandrine Brauer pro­duc­trice de ciné­ma

Sandrine Brauer, 51 ans, a mon­té sa boîte de pro­duc­tion bap­ti­sée En com­pa­gnie des Lamas, il y a douze ans. Quinze longs-​métrages plus tard, sa pas­sion et son exi­gence res­tent inen­ta­mées.

115 au boulot camille besse
© Camille Besse pour Causette

« N’essayez pas d’imaginer ma jour­née type. Tout déborde et dérape en per­ma­nence ! Il y a une forme de temps fixe : celui du tra­vail admi­nis­tra­tif ou comp­table, que je délègue sou­vent, et un temps impos­sible à quan­ti­fier : celui que je passe à lire des scé­na­rios ou à échan­ger avec les auteurs et les autrices. Je vis mon métier comme un com­pa­gnon­nage. J’interviens à toutes les étapes de la fabri­ca­tion d’un film : dès l’écriture, comme une sparring-​partner des scé­na­ristes, lors de la recherche de finan­ce­ments, en iden­ti­fiant les orga­nismes à qui deman­der des sub­ven­tions, au moment du tour­nage, pour sou­te­nir les réa­li­sa­teurs et les réa­li­sa­trices, et lors du mon­tage, étape cru­ciale pour façon­ner le pro­pos. En tant que pro­duc­trice, je suis char­gée de la garan­tie de bonne fin du pro­jet. Je dois le mener au bout, sinon ma res­pon­sa­bi­li­té juri­dique et finan­cière est enga­gée auprès des dis­tri­bu­teurs ou des chaînes de télé­vi­sion. À chaque fois, j’y crois. À chaque fois, j’ai le sen­ti­ment que je pour­rais mon­ter sur les bar­ri­cades pour défendre[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés