Géraldine Nakache : « J'aimerais enta­mer une cor­res­pon­dance avec Diam's pour lire à nou­veau sa prose »

Bestimage.00435170 000072 1
© Jacovides-​Moreau/​Bestimage

Dans J’irai où tu iras, son nou­veau film, Géraldine Nakache retrouve sa com­parse et amie de tou­jours Leïla Bekhti. Elles y jouent deux sœurs qui se sont per­dues de vue et vont apprendre à se retrou­ver.

Causette : Les livres mar­quants de la « biblio­thèque » de vos parents ?
Géraldine Nakache : L’encyclopédie médi­cale en dix-​huit volumes et tous les Goncourt que ma mère dévore ­annuel­le­ment depuis tou­jours.

Les lieux de votre enfance ?
G. N. : Les Quatre Temps, une gale­rie com­mer­ciale à La Défense, avec mes copines de l’école et mes parents. Le mar­ché de San Remo avec ma mère au mois d’août.

Avec qui aimeriez-​vous entre­te­nir[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Écrit par
Articles liés
113 cinema madre le pacte

En salles : « Madre », noir­ceur lumi­neuse

Il est des films brillants et puis il est des films comètes. Madre appar­tient à la deuxième caté­go­rie. Tels ces corps célestes, impré­vi­sibles et ful­gu­rants, il est à la fois consti­tué d’un noyau sombre et d’un halo éblouis­sant.  Jugez...