fbpx

"En nous", de Régis Sauder : modèles républicains

Que sont-​ils deve­nus ? Dix ans après les avoir fil­més dans leur lycée des quar­tiers Nord de Marseille, Régis Sauder a retrou­vé les pro­ta­go­nistes de Nous, prin­cesse de Clèves et leur donne à nou­veau la parole dans En nous, docu­men­taire vibrant. Rencontre avec un cinéaste sou­cieux de liber­té, d’égalité et de fraternité…

arton45796 f1b80

Dix ans après Nous, prin­cesse de Clèves, for­mi­dable docu­men­taire qui don­nait la parole à des élèves d’un lycée des quar­tiers Nord de Marseille, vous leur consa­crez un second film. Ils vous avaient man­qué ?Régis Sauder : En fait, je n’ai jamais per­du contact avec eux. J’ai même noué des liens forts avec cer­tains, comme Laura et Morgane, les sœurs jumelles qui ont per­du leur maman peu après leur bac. J’habite Marseille, je les ai tou­jours accom­pa­gnées, elles ont même gar­dé mes enfants. Avec d’autres, sur­tout ceux qui se sont éloi­gnés géo­gra­phi­que­ment, le contact s’est main­te­nu à tra­vers les réseaux sociaux. Comme Sarah, que j’ai sui­vie lors de son départ en Angleterre, puis au Portugal, et enfin à Malte. Ou Abou, qui est deve­nu infir­mier et est par­ti exer­cer en Suisse. Ils me don­naient des nou­velles ou je leur en deman­dais. Je me suis tou­jours dit qu’on allait se retrou­ver… Jusqu’au jour où Morgane m’a appe­lé pour me par­ler d’un pod­cast d’Arte radio inti­tu­lé « Que sont-​ils deve­nus ? » : une prof qui retrou­vait ses élèves des années après. C’est alors qu’elle m’a dit : « Et si on fai­sait ça nous aussi ? »…

En nous suit dix des lycéens et lycéennes, désor­mais adultes, de votre pre­mier film. Donc seule­ment une par­tie de la petite bande ini­tiale. Pourquoi ?
R.S. : Il peut se pas­ser beau­coup de choses en dix ans. Surtout dans cette tranche d’âge, entre 20 et 30 ans. L’éclatement spa­tial de cette petite bande, comme vous dites, a un peu com­pli­qué les choses. L’un d’entre eux est par­ti vivre aux Comores, tan­dis qu’une autre habi­tait à Londres… J’ai donc construit le film en m’appuyant sur deux para­mètres. D’une part je vou­lais mon­trer la diver­si­té de leurs tra­jec­toires, afin de les sor­tir des sché­mas, et sur­tout des assi­gna­tions sociales dans les­quelles on les enferme trop sou­vent. Attention, l’idée n’était pas de faire une « suc­cess sto­ry » ! Certains réus­sissent, mais on voit bien qu’ils et elles sont les seuls à être issus des quar­tiers dans leur milieu pro­fes­sion­nel, d’autres ont un par­cours plus dou­lou­reux. Cela étant, tous, in fine, nous apprennent à quel point trou­ver sa place dans la socié­té demande de la force… D’autre part, et ce deuxième para­mètre est essen­tiel, je suis par­ti avec celles et ceux que j’ai sen­ti les plus enga­gés dans ce désir de film. Surtout que l’on a com­men­cé à tour­ner juste avant le deuxième confi­ne­ment. Ça n’était pas évident, même si cette situa­tion racon­tait beau­coup de choses d’eux…

C’est-à-dire ?
R.S. : J’ai été frap­pé de voir que beau­coup de ces jeunes avaient choi­si de tra­vailler dans des filières de soin ou dans la fonc­tion publique : Abou, Laura, Morgane, Armelle… J’ai com­pris qu’il y avait dans ce don de soi, dans ce besoin de répa­rer, comme un fil rouge pour mon film. Ces jeunes issus des quar­tiers popu­laires sont ceux qui soignent nos parents, nos enfants. Oui, c’est eux qui s’y cognent ! Ils ont envie de prendre leur part, se mobi­lisent et font en sorte que le sys­tème tienne – notre sys­tème répu­bli­cain, basé sur la devise « Liberté, éga­li­té, fra­ter­ni­té » -, même s’ils en connaissent les fragilités.

Diriez-​vous qu’En nous est un film poli­tique ?
R.S. : Tous les films le sont ! Simplement, celui-​là prend en charge une parole rare et lui donne un espace qui la rend audible. Vu le contexte de crainte, et même de peur actuelle, ça n’est pas ano­din. Moi je n’ai pas peur d’Abou qui fait sa prière et qui passe sa vie à s’occuper des autres ! Au fond, ce que mon film raconte, c’est qu’il y a mille façons de construire un « nous » aujourd’hui en France.

Un « nous » qui passe par une pré­sence forte des femmes. Elles sont même majo­ri­taires par­mi vos dix grands témoins… 
R.S. : Oui, c’était impor­tant de faire une place aux femmes, notam­ment aux femmes noires, pour qu’elles puissent à leur tour être des modèles pour des filles plus jeunes. Je pense à Armelle, qui est cadre dans le ser­vice public, à Cadiatou, qui vit à Paris, est céli­ba­taire, libre de ses choix, et veut mon­ter son entre­prise, ou à Virginie, cette mère céli­ba­taire qui a quit­té le père de son enfant qui la bat­tait et a repris ses études. Je suis très admi­ra­tif. De fait, étant père de trois gar­çons, il est impor­tant pour moi qu’ils voient des films avec des filles. Des filles fortes comme elles.

En nous, de Régis Sauder. Sortie le 23 mars.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés