fbpx
Capture d’écran 2021 07 07 à 02.14.19
Frederico Chiesa au moment de tirer son but, capture d'écran de TF1

Espagne – Italie : un choc qui a tenu toutes ses pro­messes

Contre Attaque, c'est un superbe web­zine réa­li­sé par une dizaine de jeunes femmes pas­sion­nées de foot. De quoi mettre du female gaze dans le sport pré­fé­ré des Français·es. Pour l'Euro, qui a débu­té le 11 juin, elles prennent leurs quar­tiers sur Causette.fr… À vos cram­pons !

Ce mar­di 6 juillet 2021, les spec­ta­teurs du stade de Wembley à Londres ont eu la chance de voir une pre­mière demi-​finale de l’euro 2020 de haute volée. L’Italie et l’Espagne se sont affron­tées dans un match qui a été une vraie lutte tac­tique entre les deux équipes et les deux entraî­neurs des dif­fé­rentes sélec­tions.

La pre­mière mi-​temps : une Espagne qui a trou­vé la solu­tion tac­tique pour contrer l'Italie

On avait beau­coup à attendre de ce match, on vou­lait conti­nuer à voir cette Italie flam­boyante lors de cet Euro (notam­ment contre la Belgique lors des quarts de finale) et on vou­lait voir une Espagne his­ser son niveau de jeu après un tour­noi en demi-​teinte.

La pre­mière mi-​temps a pris les gens de sur­prise : les Espagnols, dont on cri­ti­quait le style de jeu trop lent avec une pos­ses­sion de bal­lon impro­duc­tive, ont encore eu la pos­ses­sion du bal­lon mais ils se sont pro­je­tés très vite en avant notam­ment sur leur côté gauche.

Les Italiens quant à eux ont été assez déce­vants. On pou­vait espé­rer une lutte du milieu de ter­rain, mais ce ne fut pas le cas tant la domi­na­tion espa­gnole était claire. La Nazionale se trou­vait comme empri­son­née : lorsque les Italiens avan­çaient vers les buts adverses, ils étaient pris en étau par le pres­sing haut espa­gnol et ne pou­vaient pas poser le bal­lon et réflé­chir plus cal­me­ment à leur attaque, ce qui a pro­vo­qué de nom­breuses pertes de balles ita­liennes à la suite de passes trop rapides et non réflé­chies. L’autre source de perte de bal­lons ita­liennes a été l'usage abu­sif de passes longues car les hommes de Mancini n’arrivaient pas à pas­ser le milieu de ter­rain.

Si le score est res­té à 0–0 à la mi-​temps, c’est avant tout à cause d’un manque de réa­lisme espa­gnol et grâce à une défense ita­lienne excel­lente (comme à l’accoutumé). Les Espagnols ont sou­vent essayé de pas­ser par les côtés et de faire des centres. Le pro­blème pour les hommes de Luis Enrique, c’est qu’en sur­face de répa­ra­tion il y avait assez peu de pré­sence espa­gnole et que leur avant-​centre Mikel Oyarzabal a mal­heu­reu­se­ment brillé par un manque de fini­tion, et ce durant tout le match. La ques­tion que l’on est alors obli­gé de se poser est : Luis Enrique a‑t-​il eu rai­son de céder à la pres­sion et de ne pas ali­gner Alvaro Morata ? L’attaquant espa­gnol de la Juventus subit des cri­tiques très vio­lentes sur ses erreurs lors d'occasions man­quées, il a même subi des menaces à l’encontre de ses enfants. Cependant, force est de consta­ter que le rem­pla­çant de Morata n’a pas su faire la dif­fé­rence.

Une seconde mi-​temps où Roberto Mancini arrive à réor­ga­ni­ser la Squadra Azzura

Pour la seconde mi-​temps, Roberto Mancini a chan­gé la tac­tique ita­lienne : l’équipe accepte de subir et de ne pas pos­sé­der le bal­lon en jouant avec un bloc plus bas et plus com­pact. En contre­par­tie, les Italiens sont plus agres­sifs dans leur pres­sing et orga­nisent de meilleures contre-​attaques. Ils veulent jouer avec de bons appels en pro­fon­deur, dans le dos des défen­seurs espa­gnols. Avec un bloc plus bas et plus com­pact, les joueurs ita­liens peuvent mieux orga­ni­ser les attaques et ain­si évi­ter les passes trop hâtives et les pertes de bal­lon qui s’en suivent. C’est une stra­té­gie effi­cace car à la 60ème minute, à la suite d’un contre ita­lien, Federico Chiesa marque.

Les Espagnols conti­nuent de jouer comme lors de la pre­mière mi-​temps, en fai­sant tour­ner effi­ca­ce­ment le bal­lon. Ils se retrouvent encore avec le même pro­blème de la pre­mière mi-​temps, trop peu de pré­sence espa­gnole dans la sur­face de répa­ra­tion et trop d'occasions claires de buts non concré­ti­sées. La domi­na­tion ne se confirme pas. Pour contrer cela, Luis Enrique fait de nom­breux chan­ge­ments, notam­ment l’entrée de Morata à la 62ème minute. Ce chan­ge­ment va s’avérer effi­cace, car à la 80ème minute, suite à une action où il sera au départ et à la fini­tion, Alvaro Morata met un but pour l’Espagne. Aucune des deux équipes n’arrivera à mettre un autre but avant la fin du temps régle­men­taire, il y aura donc pro­lon­ga­tion.

Des pro­lon­ga­tions à l'image du match

Les pro­lon­ga­tions seront simi­laires au match, avec une pre­mière mi-​temps où les Espagnols auront une domi­na­tion claire et des Italiens qui retrouvent leur tra­vers de leur 45 pre­mières minutes : des passes longues inef­fi­caces et trop de pertes de bal­lons. Les quinze der­nières minutes seront dif­fé­rentes : on y voit une équipe ita­lienne plus sereine, mieux posi­tion­née et une excel­lente défense de part et d’autre. Il n’y aura pas de but, les deux équipes vont en découdre lors d’une séance de tirs au but.

Capture d’écran 2021 07 07 à 02.15.16
Roberto Mancini qui parle à ses joueurs lors des pro­lon­ga­tions, cap­ture d'écran de TF1

Après un match équi­li­bré, une séance de tirs au buts

La séance de tirs au but com­mence mal pour les deux équipes car Locatelli et Olmo (qui a pour­tant été incroyable durant tout le match) vont man­quer leur tir res­pec­tif, inter­cep­tés par les gar­diens de but. Ensuite, Belotti et Bonucci mar­que­ront leur tir au but, tout comme Gerard Moreno et Thiago Alcantara côté espa­gnol. Le qua­trième tir au but est tiré par Alvaro Morata. Celui qui a été le héros de l’équipe avec son éga­li­sa­tion rate son tir. Du côté ita­lien, si Jorginho réus­sit son tir il qua­li­fie l’Italie, c’est ce qu’il fait avec un tir magni­fique d’une éton­nante len­teur qui prend le gar­dien espa­gnol Unai Simon à contre­pied.

Capture d’écran 2021 07 07 à 02.16.08
Jorginho au moment de tirer son tir au but qui mène l'Italie en finale, cap­ture d'écran de TF1

Une Italie qui prouve face à une grande Espagne pour­quoi elle est la favo­rite pour rem­por­ter cette Euro

Le seul regret que l’on peut avoir à la fin du match c’est qu’il se soit ter­mi­né. Ce fut un match de haute volée, où l’on a vu une Espagne briller comme on ne l’avait jamais vu briller lors de ce cham­pion­nat et une Italie vaciller mais qui a su résis­ter. Après avoir éli­mi­né la Belgique, une des grandes favo­rites de cet Euro, l’Italie a su dou­bler cet exploit en éli­mi­nant une grande Espagne. Avec un jeu aus­si qua­li­ta­tif, il semble clair que son pro­chain adver­saire, le Danemark ou l’Angleterre, aura fort à faire.

Irène Sarrode

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés